Traiter ses phobies : hypnose ou EMDR ?

araignee-phobie

Les différentes phobies

Qu’est-ce qu’une phobie ?

Une phobie se caractérise essentiellement par une peur irraisonnée d’un objet, d’un insecte, d’un lieu, d’un animal, d’un type de situation, d’un type de personnes, vous l’aurez compris le champ des objets phobiques est très vaste et il existe une multitude de phobies.

Parmi les phobies les plus courantes chez les personnes qui consultent un hypnothérapeute se trouvent :

  • l’arachnophobie (la peur des araignées)
  • l’agoraphobie (peur des endroits publics et/ou d’être pris au piège),
  • l’émétophobie (la peur de vomir),
  • l’éreutophobie (la peur de rougir),
  • l’amaxophobie (la peur de conduire),
  • l’hypocondrie (la peur d’être malade),
  • l’aérophobie (peur de l’avion)
  • la claustrophobie (peur des endroits clos comme l’ascenseur par exemple).

Je considère qu’on peut différencier essentiellement deux types de phobies : les phobies simples et les phobies complexes.

La phobie simple

A priori, c’est la plus simple à traiter car elle est simple, justement.

On peut citer par exemple une phobie des araignées et « simplement » des araignées, la personne qui souffre de la phobie n’en a aucune autre et sa peur est uniquement focalisée sur la peur des araignées.

La phobie complexe

Cette phobie n’a pas qu’un seul objet, cette phobie est l’accumulation de plusieurs situations traumatiques et la personne qui en souffre a peur de plusieurs éléments (le plus souvent liés consciemment mais pas toujours).

On peut citer par exemple l’agoraphobie : la personne a peur d’être dans un lieu public, elle a peur d’être enfermée, elle a peur de ne pas pouvoir sortir de l’endroit où elle se trouve et bien souvent aussi elle a peur de se retrouver dans la foule et de toute situation qui semble sans issue.

Les différentes méthodes pour traiter les phobies

Traiter une phobie par l’hypnose

Dans le cas des phobies simples l’hypnose est tout à fait indiquée pour traiter la phobie et c’est même l’un des traitements les plus efficaces.

Après une première séance dite de prise de contact pendant laquelle j’échange avec la personne pour faire le point sur son rapport à l’objet phobique et les différentes manières de traiter son problème nous mettons en place une stratégie thérapeutique.

La plupart du temps, la phobie simple sera traitée en deux à trois séances d’hypnose.

L’état d’hypnose est un état dans lequel l’inconscient de la personne est plus réceptif aux suggestions de l’hypnothérapeute aussi, pour traiter une phobie simple, on utilisera cet état.

Les protocoles hypnotiques employés varient selon le type de phobie et, évidemment, selon la personne.

Chaque personne étant unique, chaque thérapie le sera également.

Traiter une phobie par l’EMDR

L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing ) est une technique d’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements occulaires.

Dans le cas d’une phobie complexe, après une première séance de prise de contact durant laquelle je détermine si la phobie est complexe ou pas, je proposerai davantage de commencer par une ou plusieurs séances d’EMDR.

L’EMDR appliqué aux phobies me semble être la thérapie la plus efficace en cas de phobie complexe dans la mesure où dans la majorité des cas la phobie provient d’un traumatisme qui n’a pas été réglé.
Je propose donc aux personnes souffrant de phobie complexe une ou plusieurs séances d’EMDR afin de permettre au cerveau de traiter l’information traumatique.

Combien de temps et combien cela peut-il coûter de traiter une phobie ?

La durée d’une thérapie (hypnose et/ou EMDR)

Vous l’aurez compris, tout dépend donc du type de phobie dont la personne souffre mais cela dépend également de la motivation de la personne à affronter ses traumatismes non résolus.

Je ne le répèterai jamais assez : chaque personne est unique ! On ne peut donc pas à l’avance déterminer le nombre de séances nécessaires pour traiter quel que problème que ce soit mais on peut donner une moyenne.

Pour les phobies simples, ma moyenne est de trois séances, pour les phobies complexes il faut un peu plus de temps soit cinq séances mais ce n’est évidemment qu’une moyenne.

Si vous souffrez de phobie, qu’elle soit simple ou complexe, une hypnothérapie doublée ou pas de séances d’EMDR devrait en venir à bout assez rapidement et vous pourrez à nouveau vivre votre vie tranquillement sans être victime de peurs irrationnelles que cela provienne de traumatismes conscients ou inconscients.

Le coût d’une thérapie

Là encore, chaque personne étant unique, le coût de la thérapie dépendra essentiellement du nombre de séances nécessaires pour venir à bout de la phobie.

Dans le cas d’une phobie simple, et c’est une moyenne, on peut raisonnablement penser que trois séances suffisent : une première séance à 80 euros suivie de deux séances à soixante ou 90 euros en fonction des cas soit de 200 à 260 euros.

Dans le cas d’une phobie complexe avec thérapie EMDR, on peut raisonnablement penser (et c’est toujours une moyenne) que 5 séances suffiront : une première séance à 80 euros suivies de 4 séances coûte en moyenne (en fonction de la durée des séances) 330 euros.

Les séances seront toujours espacées dans le temps (au minimum quinze jours entre deux rendez-vous) ce qui laisse le temps au cerveau d’assimiler le travail fait et permet à la personne de se réhabituer progressivement à entrer en contact avec l’objet de sa phobie.

Ce temps d’intégration est nécessaire, il est inutile de chercher à le brusquer, c’est même contre productif.

Cas concrets de phobies et intérêt de l’hypnose ou de l’EMDR

Elisabeth M. de Perpignan et sa phobie des chiens

Après une première séance de prise de contact lors de laquelle Elisabeth m’explique comment elle a peur des chiens depuis que, petite, elle s’est fait mordre par l’un d’eux, nous programmons deux séances d’hypnose car il s’agit a priori d’une phobie simple.

Lors de la première séance, sous hypnose, Elisabeth va revivre la scène de l’attaque mais en dissocié, c’est à dire qu’elle en tant qu’adulte va voir la petite fille qu’elle a été et elle va lui parler, la rassurer, puis la mettre en sécurité.
Il s’agit là de parler à notre enfant intérieur, celui qui a souffert de la peur de l’animal, pour qu’il puisse se calmer et dépasser l’événement douloureux.

Ensuite, lors de la séance suivante, nous avons fait en sorte, toujours sous hypnose, d’associer l’animal, le chien, avec une expérience plus heureuse, de manière à désancrer pour le cerveau l’association chien = peur.
J’ai revu Elisabeth six mois plus tard, sa phobie était partie.

Christophe C. de Canet en Roussillon et son éreutophobie

Lors de la première séance de prise de contact Christophe m’a expliqué qu’il est d’un naturel timide et qu’il manque de confiance en lui.
Cette peur est accentuée par toute situation dans laquelle il y a un public car sa peur de rougir parasite totalement ses prises de parole.
Christophe a fondamentalement peur d’être mal jugé, critiqué, il a peur de mal faire et il est comme dévoré par la honte.

Nous faisons ensuite une première séance d’EMDR pendant laquelle Christophe doit repenser à son plus grand traumatisme : quand il avait sept ans son instituteur l’a humilié devant toute la classe.
A la fin de la séance, Christophe est capable de repenser à cet épisode très douloureux pour lui sans ressentir d’émotion négative, son cerveau a pu classer l’information, elle fait désormais partie de son passé et ce moment ne parasite plus son présent.

Ensuite, nous aurons encore trois séances d’EMDR plus courtes pour que Christophe puisse se projeter dans l’avenir (il imagine par exemple faire un discours devant une cinquantaine de personnes) sans perdre ses moyens.
J’ai ensuite revu Christophe six mois plus tard pour lui apprendre à faire de l’auto hypnose afin qu’il devienne autonome et puisse gérer ses émotions par des techniques simples.

Hélène F. de Toulouges et son agoraphobie

Après la première séance pendant laquelle Hélène m’a expliqué à quel point son agoraphobie l’handicapait au quotidien nous avons fait une première séance d’EMDR : Hélène s’est confrontée à ce qui lui faisait le plus peur : imaginer qu’elle est enfermée dans un cercueil.

Au cours de la séance des souvenirs ont refait surface qui ont permis de comprendre un peu mieux l’origine probable de son agoraphobie : petite, sa maman l’enfermait dans une petite pièce pour la punir et l’enfant qu’elle était en fut terrorisée.

Lors des séances suivantes, en EMDR puis en hypnose, nous avons peu à peu amené la petite fille qu’elle était à se sentir en sécurité avec l’adulte qu’elle est devenue.

Conclusion

Pour conclure, j’espère que ces explications et ces exemples concrets vous redonneront un peu d’espoir.
Si vous souffrez de phobies, sachez que vous n’êtes pas seuls et qu’il existe des techniques efficaces comme l’hypnose et/ou l’EMDR pour vous aider à les vaincre.

Pour aller plus loin

Retour en haut